Uz4cqUPvBbwTKwqbEzKXS62MeUA.jpg

(Je tue le temps, deuxième version)

 

Les spectateurs font le voyage jusqu’àune île en péniche pour assister à4 performances. Un sac très lourd est transportédurant le trajet. Arrivés sur l’île, le sac est ouvert, il est rempli de glaise. Le corps à demi-immergé, une relation très tendre est entamée avec la matière. Elle se fait ensuite  violente. Je l'étire, la force, jusqu'à ce qu'elle m'enveloppe. Nos deux corps ne font plus qu'un et disparaissent dans les rochers...

Je m'extrais finalement de cette emprise, m'avance le plus loin possible dans l'eau, y abandonne la glaise. Je me délivre enfin de cette relation asphyxiante...

 

Performance présentée sur l’île barbe, pour les Subsistances (Lyon) en 2010.