titre-site.png
je_sui_passé_8.jpg
je_sui_passé_10.jpg
je_sui_passé_6.jpg
je_sui_passé_7.jpg
je_sui_passé_5.jpg
je_sui_passé_9.jpg
je_sui_passé_12.jpg
je_sui_passé_11.jpg
je_sui_passé_13.jpg
je_suis_passé_4.jpg
je_sui_passé_14.jpg
je_suis_passé_2.jpg
je sui passé.jpg
je_suis_passé_3.jpg

Les habitants du village et les passants étaient invités à laisser leurs empreintes dans du sable, elles ont ensuite été moulées en béton, pour former un chemin de dalles.

Le sentier est considéré comme une métaphore d’un chemin de vie. «Je suis passé» en est une portion, il garde une trace du passage d’anonymes, dont les chemins se sont croisés en cet endroit. Elle crée les fossiles d’une archéologie fictive.
Cette installation questionne la mémoire du lieu. Elle met en valeur le fait qu’il soit porteur d’histoire(s). Elle invite le visiteur, au-delàde l’installation, àchercher les indices du passédu lieu.
L’installation se fond dans le paysage, épouse son relief. Presque imperceptible de loin, elle n’apparaît dans son ensemble qu’àcelui qui marche.
 

Installation réalisée dans le cadre du festival Sentes 2014.