eglantine chaumont arts plastiques installation perfomance

Un mur est construit àl’aide de pains de glaise. La glaise est ensuite utilisée pour s’«auto-sculpter». Elle métamorphose petit àpetit le corps jusqu’àce qu’il se retrouve emmuré, puis se libère.

La relation à la glaise est sensuelle, fusionnelle, conflictuelle, comme si cette matière était un autre corps. Cette performance est une sorte de rituel de passage, métaphore de la métamorphose, du vieillissement du corps, d’une mort qui est aussi une seconde naissance.

 

Performance (durée : 2H30) présentée aux Halles de Schaerbeek en 2010.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now