Un bas-relief posé au sol, composé de dalles de plâtre. Elles ont été moulées d’après une surface de glaise, dans laquelle des corps en mouvement ont laissé leurs empreintes. Le visiteur peut y marcher pieds nus.

 

C’est un espace témoin d’un vécu, de passages. Il a été construit par des actions successives, un corps à corps avec la matière qui laisse des traces, se superposant comme des strates. Il est magma de corps morcelés et défor- més, analogie d’une mémoire décousue et fragmentaire. Les visiteurs sont seuls dans l’espace avec l’absence des corps, et la trace de leur présence. Le contact est direct, charnel et fragile par le toucher.

 

Installation réalisée avec l'aide de Jamil Bahri, Gaëtan Rusquet, Henri Chaumont, exposée au théâtre national en 2009, au musée des beaux arts de Liège en 2013 et à la Maison de le Culture de Marche-En-Famenne en 2014 .